Vaincre l’atermoiement et maintenir une relation quotidienne avec le Coran

Jeudi 2-3-2017| IslamWeb

Nous avons tous tendance à remettre les choses à plus tard, cependant, l’atermoiement le plus grave est celui qui nous maintient loin du sentier d’Allah, exalté soit-Il, et des bonnes actions.
Il est curieux de constater comment les gens remettent en général à plus tard l’accomplissement des bonnes actions ou des actions bénéfiques, mais qu’ils remettent rarement à plus tard les mauvaises actions ou des tâches inutiles.
Je veux que nous abordions un problème grandissant chez de nombreux musulmans aujourd’hui : il s’agit de la remise à plus tard de la lecture/récitation du Coran de manière quotidienne. Nous l’appelons ajournement, mais dans certains cas, il s’agit d’un abandon total (Puisse Allah, exalté soit-Il, nous en protéger.)

Des excuses, encore des excuses…

En général, les excuses que les gens invoquent pour remettre à plus tard la lecture du Coran figurent parmi les six excuses suivantes :
1- Le manque de temps : « Je n’ai pas de temps, je suis trop occupé ! »
2- Assez de Coran pendant la prière : « Je récite le Coran pendant ma prière chaque jour… »
3- Le blocage psychologique : « J’aime être dans un certain état mental/spirituel pour lire le Coran, et je ne suis pas dans cet état tous les jours. »
4- La culpabilité : « Je n’ai pas touché le Coran depuis très longtemps, je me sens tellement mal, je ne crois pas que je puisse le lire maintenant, peut-être quand je me rendrai au pèlerinage ou pendant le mois de Ramadan. »
5- L’incapacité de lire : « Je ne sais pas comment lire le Coran. »
6- Le manque de compréhension : « Je peux lire le Coran, mais je ne le comprends pas, alors à quoi bon le lire. »
Nous avons entendu ces excuses à des degrés différents et nous allons y répondre ci-après Inch’Allah :

La gravité de l’abandon du Coran :

Tout d’abord, je veux mettre l’accent sur la gravité du fait de ne pas maintenir une relation proche avec le Coran. Allah, exalté soit-Il, dit dans le Coran (sens du verset) :« « Seigneur, dit le Prophète, mon peuple a adopté une attitude hostile à l’égard du Coran ! » (Coran 25/30)
Imaginez le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) au jour du Jugement se plaignant de vous et moi pour avoir délaissé le Coran ? Et comment ne se plaindrait-il pas alors qu’il nous a laissé le meilleur des livres, le miracle éternel, les paroles d’Allah, exalté soit-Il, entre les mains ; et nous, nous le laissons tout simplement se couvrir de poussière sur nos étagères !
L’imam Ibn Qayyim al-Djawziyya, qu'Allah lui fasse miséricorde, a résumé ce genre d’abandon du Coran par :
• Ne pas écouter sa récitation ni y prêter attention.
• Ne pas l’appliquer ou respecter ses prescriptions en matière de licite ou d’illicite, même si celui qui agit de la sorte y croit toujours ou le récite. Ceci signifie qu’il ne suffit pas d’y croire ou de le réciter, puis ensuite ne pas agir selon ses préceptes.
• Ne pas l’utiliser pour gouverner ou le prendre comme juge dans toutes les affaires relatives à la religion.
• Ne pas méditer sur ses sens, les comprendre et savoir ce qu’Allah, exalté soit-Il, (Celui qui l’a dit) désire de la part de celui qui le récite.
• Ne pas l’utiliser comme remède et guérison de toutes les maladies et un remède contre le durcissement du cœur et un moyen pour dissiper les soucis, et chercher le remède à nos maladies ailleurs que dans le Coran.

Guérison et miséricorde :

Je n’essaie pas de vous effrayer, mais je veux uniquement qu’il soit clair que le fait de ne pas réciter/lire le Coran de manière régulière n’est pas un fait insignifiant ; il faut absolument rester en contact régulier avec le Coran. Allah, exalté soit-Il, dit dans le Coran (sens du verset) :

« Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants. Cependant, cela ne fait qu’accroître la perdition des injustes. » (Coran 17/82)

Imaginez, à chaque fois que vous ouvrez et que vous lisez ce Livre, que vous êtes touché par la miséricorde et la guérison. Il vous procure la miséricorde d’Allah, exalté soit-Il, et est le remède à tous vos problèmes sociaux, vos peines psychologiques, vos hauts et bas émotionnels, etc. Comment ne serait-il pas une miséricorde et une guérison alors qu’il s’agit de la parole d’Allah, exalté soit-Il, belle et éternelle, qui, selon Allah Lui-même, apporte la tranquillité au cœur ?
J’ai entendu un jour l’histoire d’un musulman qui avait des problèmes psychologiques. Il a consulté beaucoup de médecins dans son pays et n’a pas pu trouver de solutions à ses problèmes. Il s’est rendu aux Etats-Unis et consulta un des meilleurs médecins chrétiens. Après avoir entendu ses problèmes, le médecin se dirigea doucement vers une étagère, prit un livre et lui dit : « Vous les musulmans avez ceci et vous souffrez de problèmes psychologiques ? » Le livre qu’il tenait était le Coran.

Réfuter les excuses :

1. ‘le manque de temps’ — je suis sûr que vous disposez de 10 minutes !
2. ‘assez de Coran pendant la prière’- Al-Hamdulillah, c’est bien que vous lisiez le Coran chaque jour dans votre prière, mais, sauf si vous mémorisez le Coran par cœur, la grande majorité de ce que vous récitez dans la prière, ce sont les cinq dernières pages du Coran. N’est-ce pas ? Exactement. Lire le Coran en dehors de la prière vous permet de découvrir les 595 belles et miraculeuses autres pages du Coran, et de vraiment l’inclure dans votre vie. Vous avez besoin de passer du temps avec le Coran, de vous asseoir, de lire ses versets et de les méditer.
3. ‘les blocages psychologiques’ – habituez-vous à lire quotidiennement le Coran et votre ‘état mental particulier’ viendra.
4. ‘la culpabilité’- elle est le tour le plus célèbre de Satan. Ce dernier vous suggèrera que vous êtes trop pécheur pour pouvoir même vous approcher du Coran, qu’il n’y a aucune raison de le faire maintenant après si longtemps, et que vous ne pouvez-vous repentir que pendant le pèlerinage. Mon simple conseil est de combattre ces suggestions de Satan ; maintenant que vous savez que ces pensées viennent de Satan, ne les écoutez sous aucun prétexte. Utilisez la culpabilité que vous ressentez vis-à-vis de l’abandon du Coran pour agir et changer. C’est aussi facile que de prendre le Coran et de le lire. Inch’Allah, vous en tomberez très bientôt amoureux.
5. ‘l’incapacité de lire’- inscrivez-vous à un cours de Coran ou trouvez un enseignant du Coran.
6. ‘le manque de compréhension’- inscrivez-vous à un cours de Coran, trouvez un enseignant du Coran, commencez à apprendre l’arabe, et/ou ayez une traduction à portée de main.

Trois conseils pratiques :

Voici donc les conseils pratiques pour vous habituer à lire le Coran de manière quotidienne :

Consacrez une période déterminée de temps, pas plus de 10 minutes pour lire le Coran. Je dis pas plus que 10 minutes, car si vous faites plus que ce qu’il faut (plus particulièrement pendant les quelques premiers jours), vous ne le relirez plus. Il s’agit d’un caprice psychologique, ne m’en demandez pas plus ! Consacrez uniquement une période de 10 minutes par jour, que ce soit avant ou après la prière de Fajr, ou pendant votre trajet quotidien pour aller au travail, ou avant de vous coucher.

Faites-en une habitude : vous savez que vous brosser les dents le matin est une habitude ? Bon, eh bien utilisez le même concept avec le Coran. Il fera partie de votre routine matinale ou de soirée ou une quelconque forme d’habitude systématique, et vous finirez par ressentir un manque ou vous vous sentirez malheureux si vous ne faites pas votre lecture quotidienne.

Inscrivez-vous à un cours de Coran : ceci dépend de votre niveau. Si vous ne savez pas lire le Coran, inscrivez-vous à un cours pour apprendre à lire. Si vous êtes capable de lire le Coran, mais que vous ne pouvez pas en comprendre les sens, commencez par apprendre l’arabe. Si vous savez lire le Coran, et que vous le comprenez, commencez à l’apprendre par cœur. Quel que soit (votre choix), faites en sorte de participer à des cercles d’apprentissage du Coran. Subhan’Allah, le Coran est un domaine inépuisable de connaissances que l’on ne se lasse pas de découvrir, commencez donc aujourd’hui votre voyage.

Un conseil en plus : comment finir la lecture du Coran en 30 jours ou moins !
Laissez-moi partager avec vous un conseil très simple et très pratique qui vous aidera à lire le Coran en 30 jours Inch’Allah :

Je suppose ici que vous lisez le Coran en arabe et non pas la traduction. Le Coran fait approximativement 600 pages, si vous divisez donc les 600 pages sur 30 jours d’un mois, vous aurez à finir 20 pages par jour, ou approximativement un djuz’ (partie représentant le 1/30ème du Coran). 20 pages par jour peuvent paraître beaucoup, mais si vous les divisez sur les cinq prières quotidiennes ? Vous n’aurez à lire que quatre pages avant ou après chaque prière. Ainsi, en ne lisant que quatre pages du Coran après chaque prière, vous pouvez finir la récitation du Coran en entier en 30 jours ! De plus, lire une page du Coran en le récitant et en le prononçant ne prend que 3 minutes au maximum, ainsi 3minutes*4 pages = 12 minutes. Sincèrement, ce n’est pas beaucoup !
Maintenant, si vous le pouvez, imaginez la manière dont votre vie changerait si vous pouviez ajouter à cela la lecture de la traduction pour que vous puissiez en comprendre les sens, le message et les leçons.

Dernières pensées avant de vous quitter :

Je serai honnête avec vous, le Coran est comme un enseignant silencieux qui vous guide et vous enseigne. Plus vous vous y consacrez, plus il vous révèle ses trésors, et vous arriverez et finirez par comprendre les choses de manières auxquelles vous n’aviez pas pensé avant. Les gens paient des sommes énormes pour des entraîneurs, des conseillers privés, etc. mais vous avez la Parole d’Allah, exalté soit-Il, juste entre vos mains pour vous guider.
Embarquerez-vous pour le voyage du Coran, Inch’Allah, un voyage de récitation, d’apprentissage et d’application régulière du Coran ?

© 2018, IslamWeb