La transcription de la Sunna prophétique 2-2

Lundi 29-4-2013| IslamWeb

Le premier siècle de l’hégire allait prendre fin et aucun des califes n’avait ordonné de collecter les hadiths et de les transcrire, les confiant à la mémoire des savants, des rapporteurs et de leur précision, et à certains écrits personnels. Le passage d’une aussi longue période garantissait la fixation du Coran dans les esprits, car il était récité par tous, connu par le grand public et l’élite, et personne ne le contestait ni ne doutait de ses versets.
De plus, l’écoulement d’une aussi longue période de temps a fait que, parmi ceux qui avaient mémorisé les hadiths d’entre les Compagnons et les successeurs, nombre d’entre eux avaient participé à des guerres et conquêtes et s’étaient dispersés dans divers pays. Ceci a fourni l’occasion aux déviants et aux innovateurs, apparus à cette époque, d’apporter des ajouts dans les hadiths du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) d’y introduire ce qui n’en faisait pas partie et ce qui se conformait à leurs innovations et satisfaisait leurs tendances déviantes. De même, la diffusion de l’Islam et l’expansion de l’Etat musulman a permis le mélange des Arabes avec les non-Arabes des différents pays, ce qui a causé un manque de précision dans leur transmission des hadiths du Prophète, (Salla Allahou Alaihiwa Sallam) en raison de la faiblesse de la capacité de mémorisation des gens.
En l’an 99 de l’Hégire, le calife ‘Umar ibn 'Abd al-Azîz fut choisi pour gérer les affaires des musulmans. Il se mit alors à analyser l’état de la nation, et décida de commencer à écrire et à transcrire les hadiths pour les préserver de toute perte ou altération, puisque ce qui empêchait de le faire n’existait plus, et que l’intérêt des musulmans exigeait leur collecte et leur transcription.
Il envoya alors des messages à ses gouverneurs et fonctionnaires, leur ordonnant de le faire. Il envoya un message à Abû Bakr ibn Hazm, son gouverneur et grand juge de Médine et lui dit : « Examine les hadiths du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) et transcris-les, car je crains la disparition de la science et des savants. » Il lui demanda également de transcrire ce que ‘Amra bint 'Abd al-Rahmân al-Ansariyya avait mémorisé, ainsi qu’al-Qasim ibn Muhammad ibn Abî Bakr. De même, il envoya des messages aux savants musulmans dans les différents pays, parmi lesquels, le célèbre érudit des régions du Hidjâz et du Cham décédé en l’an 124H, Muhammad ibn Muslim Iibn Chihâb al-Zuhrî, qui s’exécuta et collecta les hadiths des gens de Médine et les lui envoya. ‘Umar envoya alors à toutes les contrées un de ses cahiers et ce fut la première tentative de collecte de hadiths et leur transcription d’une manière exhaustive.
L’Imam al-Zuhrî avait transcrit la Sunna en fonction de ce qu’il avait entendu des hadiths des Compagnons sans aucune classification par chapitres ; et il est probable que ce qu’il avait réuni comportait également les paroles des Compagnons et les fatwas des Tâbi’în, chose qui est exigée au début d’une nouvelle entreprise. Ainsi, l’imam al-Zuhrî a montré la voie aux savants et classificateurs, et il a établi les bases pour la transcription de la Sunna dans des livres spéciaux.
Le mouvement de transcription s’est ensuite activé, s’est développé et a prospéré, avec la coopération des imams et des savants des différentes contrées: Ibn Djuraydj, à La Mecque ainsi que Mâlik et Ibn Ishâq à Médine, Sufyân al-Thawrî à Koufa, Abû ‘Amr al-Awza’î en Syrie, 'Abdallah ibn al-Mubârak au Khorasan, et Mu’ammar au Yémen, etc.
Leur méthodologie dans la transcription était de réunir les hadiths en classant chaque domaine du savoir à part, ensuite d’organiser ces domaines en chapitres et de les réunir en un seul volume, en citant les paroles des Compagnons et des successeurs. C’est pourquoi, à cette époque, ces volumes ont été intitulés ‘Musannaf-s’ (Recueil), ‘Muwatta'’’(ce qui est facilité) et ‘Djâmi’’(ce qui est global).
Le troisième siècle de l’Hégire vécut une nouvelle phase dans la transcription de la Sunna : elle consista à ne transcrire que les hadiths du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) sans faire référence aux paroles des Compagnons et prédécesseurs. Ainsi, les livres réunissant les hadiths classés selon les noms des Compagnons qui les rapportent furent rédigés, sans prendre en considération la catégorie du sujet traité ; tel fut le cas du Musnad de l’imam Ahmed, du Musnad de Ishâq ibn Rahawayh, de celui de ‘Uthmân ibn Abî Chayba, etc.
Ces livres ne réunissaient pas uniquement les hadiths authentiques, ce qui fait qu’il était difficile d’en tirer profit et de trouver le traitement d’une question donnée, sauf pour les savants et experts, plus particulièrement en raison de l’absence de classification en chapitres de la jurisprudence islamique. Ceci a poussé l’imam des experts en hadiths de son époque, Muhammad ibn Ismâ’îl al-Boukhârî, à avoir recours à une nouvelle méthodologie de transcription, dans laquelle il s’est contenté de transcrire les hadiths authentiques ; il fit un recueil de ces derniers intitulé ‘Sahîh al-Boukhâri’. Son élève, l’imam Muslim ibn al-Hadjâj al-Quchayrî, suivit ses pas et composa son célèbre ouvrage ‘Sahîh Muslim’. Ils organisèrent tous les deux leur Sahîh sous forme de chapitres conformes aux chapitres de la jurisprudence pour faciliter la tâche aux savants et aux jurisconsultes qui voudraient les consulter pour connaître un jugement en particulier. Ainsi, ces deux imams eurent le mérite - et la grâce en premier revient à Allah, exalté soit-Il- de faciliter le travail aux étudiants en sciences du hadith pour parvenir au hadith authentique, par le chemin le plus facile.
D’autres érudits, à leur époque ou plus tard, ont copié leur méthodologie de classification en fonction des chapitres de la jurisprudence, et ainsi les quatre sunan célèbres furent composées : les sunan de Abou Daoud, al-Nasâ`î, al-Tirmidhî et Ibn Mâdjah. Mais ces derniers ne se sont pas limités aux hadiths authentiques comme les imams Mouslim et Boukhari, même si les hadiths authentiques en représentaient la plus grande partie.
Les savants ont considéré que le 3ème siècle de l’Hégire comme le plus prospère et le plus brillant en matière de collecte de la Sunna et de sa transcription. En effet, pendant ce siècle, six livres de la Sunna, agréés par la Oumma, furent transcrits ; et c’est également ce siècle qui connut les imams du hadith et ses génies. C’est à cette période que les voyages des savants à la recherche des hadiths se sont accrus. C’est pourquoi, de nombreux savants ont considéré ce siècle comme étant le siècle qui sépare les pionniers de ceux qui les ont suivis, parmi les critiques du hadith.
Avec la fin de ce siècle, l’époque de la collecte et de la créativité dans la composition fut sur le point de s’achever. En effet, le rôle des savants qui ont suivi dans les époques ultérieures s’est limité à résumer, retoucher et arranger, à faire des récapitulations et des commentaires. Leur attention s’est exclusivement portée sur les ouvrages écrits, et la transmission orale a été limitée.
De ce qui précède, nous comprenons que la transcription des hadiths prophétiques est passée par des phases et des étapes successives qui ont garanti leur préservation et les ont protégés de toute perte et falsification. De plus, la collecte des hadiths et leur transcription ont largement facilité les efforts d’interprétation et de déduction. Ainsi, nous nous rendons compte du grand effort fourni par les imams pour collecter la Sunna et la classer en chapitres, nous transmettant ainsi un imposant héritage composé de dizaines de volumes et d’ouvrages, de telle sorte que cette Oumma est devenue celle qui détient le plus grand héritage jamais connu par l’humanité. Qu’Allah, exalté soit-Il, en rétribue les imams de l’Islam.

Source : la section arabophone d’Islamweb

© 2018, IslamWeb