Le musulman est tenu de préserver son regard indépendamment du pays dans lequel il réside
Fatwa No: 90590

Question

Je réside au Sri Lanka qui est un pays bouddhiste. Ici, le mode de vie est diamétralement opposé à la Charia et il est très difficile de baisser le regard tout le temps. Nous sommes obligés de parler à des femmes non Mahrams sans qu’il n’y ait de séparation entre nous. Que dit la Charia concernant cela ? Si de mauvaises pensées surviennent dans mon esprit après cela et que je n’arrête pas d’y penser, est-ce que cela est un péché majeur ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Celui qui réside dans un pays non musulman et qui n’est pas à l’abri de commettre des interdits à cause des nombreuses tentations qui s’y trouvent doit alors quitter ce pays et se rendre dans un pays où il pourra pratiquer sa religion correctement.

Quant à celui qui n’a pas la capacité d’émigrer, il doit préserver sa religion et éviter les interdits. Regarder les femmes est une désobéissance et va à l’encontre de l’ordre d’Allah de baisser le regard. Allah, exalté soit-Il dit (sens du verset) : « Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. C'est plus pur pour eux. Allah est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu'ils font. » (Coran : 24/30)

Le Prophète () a dit : « Ne fais pas suivre le premier regard dirigé vers une femme par un second, car certes, le premier te sera pardonné alors que le second ne le sera pas. » (Ahmad, Abû Dâwûd al-Tirmidhî)

Partant, il n’est pas permis à un homme de regarder les femmes non Mahrams sous prétexte qu’il est difficile de baisser le regard. Quant au fait de parler avec elles, si cela est pour un besoin, il n’y a alors pas d’inconvénient à le faire à condition de ne pas s’isoler avec elles et que cela soit dans la limite du besoin.

En ce qui concerne les pensées et obsessions, le serviteur n’est pas blâmé pour celles-ci tant qu’il ne s’y complait pas ou ne les met pas à exécution en vertu de la parole du Prophète () : « Allah passe outre ce qui vient à l'esprit des membres de ma communauté tant qu'ils n'agissent pas et ne parlent pas. » (Boukhari) Il n’est pas permis de se complaire dans ces pensées afin de ne pas en arriver à commettre une désobéissance.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation