Le statut du café au gout de whisky
Fatwa No: 401434

Question

Je voudrais être sûr du statut juridique de la consommation du café express, contenant un arôme ou une essence de whisky en poudre. En fait, pour être franc, j’ai dit au gérant d’une boutique que le café qu’il vend n’était pas halal. Cependant, j’ai senti que j’ai donné une fatwa sans science ni compréhension et je me sens mal à l’aise à cause de cela. Je lui ai conseillé d’éviter les équivoques.
Je vous remercie pour votre aide.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Le simple fait de conseiller à quelqu’un d’éviter les ambiguïtés (Choubouhat) et de bien se renseigner avant de vendre, est une bonne chose. Mais dire que c’est catégoriquement prohibé en est une autre. Il est nécessaire de démontrer son interdiction par la preuve, sinon le statut d’origine est la licéité.

En ce qui concerne le statut juridique relatif à la question posée par la sœur, il repose sur la réalité de cet arôme ajouté au café. Est-il réellement extrait du vin (Khamr) ? Sa consommation en grande quantité est-elle enivrante ? Si tel est le cas, il est interdit de l’ajouter au café ou à toute autre boisson. Ou bien est-ce une simple saveur industrielle, produite à partir de composés chimiques, qui n’a aucun rapport réel avec le vin et qui n’enivre pas ? Dans ce cas, on ne peut pas dire que cet arôme est répréhensible en soi, mais plutôt parce qu’il peut conduire à la perpétration d’un interdit. En effet, d’un côté, parce que la nature saine le répugne et de l’autre parce que son gout ressemble à celui du vin que nous avons ordre d’éviter. Autrement, sa consommation peut être un prétexte pour apprécier et boire le vin.

N.T : Les oulémas désignent le principe animant cette approche préventive par l’expression « Sadd al Dharai’ » (que l’on peut traduire par « faire obstruction aux prétextes conduisant à l’illicite »).

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation