Il a fait de mauvaises transactions financières
Fatwa No: 137045

Question

Un frère musulman a perdu tout son argent après avoir acheté des actions islamiques en Bourse. Il a emprunté un million de roupies à un ami à lui puis les a investies mais a perdu la moitié de leur valeur. Malgré cela, il n'accepte pas le conseil que nous lui prodiguons, à savoir de clôturer son compte-titres, et continue ses opérations malgré la perte financière considérable au point où il est maintenant contraint de vendre ses biens pour rembourser ses dettes. Veuillez m'indiquer des versets et des hadiths auxquels il me sera possible de faire référence pour le convaincre.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Le commerce repose sur le profit et la perte et relève de cela le commerce dans le domaine des actions. Cependant, le musulman doit être intelligent et demander conseil à ses frères musulmans et profiter de l'expérience de ceux d'entre eux qui pratiquent le commerce, afin qu'ils lui indiquent certains secteurs d'investissement qui sont plus sûrs et qui comportent moins de risques. Or, il est connu que le domaine des actions fait partie des secteurs d'investissements les moins sûrs de nos jours. Par conséquent, si cette personne veut continuer à pratiquer le commerce, qu’elle cherche un autre domaine et Allah, exalté soit-Il, n'a pas causé de gêne à Ses serviteurs dans ce domaine. Il dit : « [...] Alors qu'Allah a rendu licite le commerce, et illicite l'intérêt... » (Coran : 2/275)

Avant tout cela, le musulman doit éviter de faire des transactions avec des actions illicites, ou avec des actions licites mais qui font l’objet de transactions opérées de façon illicite, car cela est le plus sûr moyen d'encourir la colère d'Allah, exalté soit-Il, et d’être privé de Sa bénédiction et de subir des pertes.

Il convient d'attirer l'attention sur le fait qu’il ne doit pas accumuler des dettes sans nécessité car cela restera à sa charge. Nous allons citer certains Textes mentionnant l'importance de rembourser ses dettes. Il est rapporté authentiquement que le Prophète () a dit : « L'âme du croyant reste suspendue entre la damnation et le salut jusqu'à l'acquittement de ses dettes. » (Ahmad et les auteurs des Sunanes)

Le Prophète () a dit : « Tout est pardonné au martyr sauf les dettes. » (Muslim)

Dans le Musnad de l'imam Ahmad et d'autres, Djâbir a dit : « Un homme mourut à l’époque du Prophète (Salla Allahu Alaihi wa Sallam). Nous le lavâmes, l’embaumâmes et l’enveloppâmes dans son linceul. Ensuite, nous l’amenâmes au Prophète afin qu’il accomplisse la prière funéraire pour lui et nous dîmes : “Vas-tu accomplir la prière funéraire pour lui ?” Il s’avança d’un pas et demanda : “A-t-il des dettes ?” – “Il doit deux dinars”, répondit-on. Le Prophète () s’en alla alors (sans accomplir la prière funéraire). Abû Qatâda paya la dette puis nous nous rendîmes auprès du Prophète et Abû Qatâda dit : “J’assume les deux dinars.” – “T’acquitteras-tu du droit du créancier et libèreras-tu le défunt de cette dette ?” demanda alors le Prophète:– “Oui”, répondit Abû Qatâda. Le Prophète accomplit alors la prière funéraire puis, un jour plus tard, il demanda à Abû Qatâda : “Qu’est-il advenu des deux dinars ?” – “Il n’est mort qu’hier”, répondit Abû Qatâda. Le lendemain, Abû Qatâda revint et lui dit : “J’ai remboursé les deux dinars.” – “Maintenant, son corps a trouvé le salut” dit alors le Prophète.” »

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation