L’Islam et l’alcoolisme - II

3451 806

 

L’appareil digestif :
Les effets de l’alcool ne sont pas limités au système nerveux. L’alcool également, détruit toutes les parties, passages et organes de l’appareil digestif.
1. La langue de l’alcoolique : la langue de l’alcoolique est recouverte d’une couche malpropre, où les microbes se développent et se multiplient. La langue devient infectée et exceptionnellement rouge. Quelques alcooliques présentent des taches blanches sur la langue, qui sont ou peuvent être les signes d’un cancer.
2. La bouche de l’alcoolique : certaines infections, qui sont très douloureuses, peuvent se développer dans sa bouche. De plus, certains microbes se fixent au niveau de la gorge et provoquent une sévère infection, qui rend la respiration et la déglutition difficiles.
3. L’estomac de l’alcoolique : la gastroscopie montre que l’alcool, quelle que soit la quantité, provoque une inflammation de la membrane interne de l’estomac. Certains individus pensent qu’une petite quantité d’alcool ne fait pas de mal, mais cela est faux d’un point de vue scientifique. De plus, comme nous le savons, tous les alcooliques ont commencé par de petites quantités, ensuite ils sont devenus des cas sévères d’alcoolisme.
Un individu qui est un buveur occasionnel, peut devenir un alcoolique sous la pression d’un quelconque choc émotionnel ou psychologique ou d’une crise sociale. Ceci nous montre la sagesse d’Allah, exalté soit-Il. En Islam, toutes les boissons alcoolisées sont interdites peu importe la quantité.

Quand l’alcool est consommé de manière répétée, il provoque des inflammations de l’estomac et la mort de ses cellules. Par conséquent, le taux d’acides de l’estomac diminue provoquant une mauvaise digestion. En outre, de nombreux microbes pénètrent sans que l’acide, détruit lui-même par l’alcool, ne les détruise. La diminution des acides de l’estomac conduit à la diminution de la vitamine B12 et provoque une anémie sévère. Cette inflammation chronique de l’estomac est accompagnée de pâleur, d’un pouls rapide, et d’insuffisance cardiaque. De plus, cette inflammation de l’estomac peut se transformer en un cancer de l’estomac.
4. La tête de l’alcoolique : un alcoolique souffre fréquemment de maux de tête. Il prend donc de grandes quantités d’aspirine et de ses dérivés. De plus, l’alcoolique, d’habitude fume, et son cas le fait pénétrer dans un cercle vicieux d’anxiété émotionnelle. Ainsi l’association de l’aspirine, du tabac, de l’anxiété, de la toxicité de l’alcool, provoque un ulcère de l’estomac chez l’alcoolique.
5. Le foie de l’alcoolique : une personne qui consomme des boissons alcoolisées pendant dix ans, développera probablement, des problèmes au niveau de son foie. Après avoir atteint le foie, l’alcool attaque le nucléus des cellules. Quand le nucléus des cellules du foie meurt, les cellules périssent et cessent de se multiplier. En plus, le foie n’arrive plus à oxyder les lipides, qui s’accumulent à sa surface et en son sein. Cette accumulation finit par provoquer une insuffisance hépatique.
A cause de l’alcool, le foie n’arrive plus à métaboliser les hydrates de carbone, les protéines, les lipides, et échoue dans l’élimination des substances toxiques du corps, plus particulièrement l’ammoniac, ce qui provoque une augmentation de ces substances dans le sang. Celles-ci affectent l’activité cérébrale et dérèglent les émotions de la personne alcoolique, son comportement et ses capacités mentales. Un individu alcoolique devient rapidement incapable d’écrire, ses mains tremblent, sa respiration devient difficile, son ventre est enflé et sa température élevée.
L’alcool et les lésions cérébrales :
L’alcool attaque le cerveau sans pitié. Tout d’abord, il a un effet directement  destructif et anesthésique sur le cerveau. Ensuite, le cerveau est endommagé à cause du manque de sang qui lui parvient en raison du durcissement des vaisseaux sanguins et de l’insuffisance cardiaque. Troisièmement, le cerveau souffre de l’anémie qui accompagne l’alcoolisme. Si le cerveau est endommagé, toutes sortes de problèmes commencent à apparaitre. Ainsi, les boissons alcoolisées affectent et endommagent tous les appareils du corps.
Si un conducteur est un buveur, il ne peut contrôler ni sa vitesse ni réagir en cas d’urgence. Quand un individu est ivre, il ne peut ni observer, ni évaluer ni réagir comme il faut. Une personne ivre perd une bonne partie de son efficacité mentale et physique, et ce aussi faible que soit la quantité de vin absorbée.
Une personne qui a consommé de l’alcool perd certaines de ses capacités et sens : il ne peut ni voir, ni goûter ou sentir comme une personne normale. Sa capacité de perception et son équilibre musculaire chutent également. Les recherches ont montré que 50% des décès, dans certains pays, sont dus directement ou indirectement, aux boissons alcoolisées.
L’alcool appelle l’alcool :
L’alcool appelle l’alcool. Il peut facilement pousser le buveur vers le fléau de l’alcoolisme, qui est un coup fatal porté aussi bien au corps qu’à l’esprit.
Quelle sorte de vie une personne peut mener si elle souffre d’infections, d’inflammations, d’ulcères et de cancers partout dans son corps ? Quelle sorte de vie peut avoir une personne qui perd la mémoire, l’appétit, ses capacités mentales et a des hallucinations ?
Pour toutes ces raisons, les scientifiques et les gouvernements font de leur mieux pour régler le problème de l’alcoolisme et des boissons alcoolisées.
L’Islam n’a pas attendu que les scientifiques démontrent les effets nocifs de l’alcool sur le corps et l’esprit humains. Une fois qu’on croit en Allah, exalté soit-Il, on accepte Ses ordres et on s’y soumet, si bien que tous nos problèmes se retrouvent résolus.
Il y a un principe simple, clair, et logique en Islam : mieux vaut prévenir que guérir. Simplement, en Islam, l’alcool est interdit, ce qui ferme la porte à tous les problèmes.
L’Islam nous guide dans le bon chemin. Allah, exalté soit-Il, nous a doté d’un esprit pour que nous puissions faire des choix et assumer nos responsabilités. Louange à Allah qui nous a guidés vers la bonne voie.

Articles en relation