Les changements émotionnels après la venue d’un nouveau-né

  • Date de publication:03/01/2013
  • Catégories:Les parents
  • Fréquence:
17153 2074

Allah le Tout-Puissant dit dans le Noble Coran : « Nous avons commandé à l'homme [la bienfaisance envers] ses père et mère ; sa mère l'a porté [subissant pour lui] peine sur peine : son sevrage a lieu à deux ans." Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu'envers tes parents. Vers Moi est la destination. » (Coran 31/14). Allah nous rappelle dans ce verset les difficultés auxquelles la mère est confrontée durant la grossesse, l’accouchement et la naissance du nouveau-né. Une des raisons pour laquelle la mère a un statut important se trouve dans ces difficultés. Cette responsabilité est importante et n’est pas facile à remplir.
Une des périodes les plus difficiles pour la mère est celle qui suit la naissance du nouveau-né et particulièrement après la première naissance. La naissance en elle-même procure un mélange d’émotions : peur, joie, fascination, excitation, etc. Durant les premières semaines et mois suivant l’accouchement une certaine confusion peut être ressentie, confusion due aux nouvelles responsabilités de la maman et aux ajustements qu’elle doit effectuer dans sa vie quotidienne. Avec le temps une routine va s’installer et les choses vont rentrer dans l’ordre naturellement. Il est important d’être préparé et informé sur ces nouvelles responsabilités. Il existe des stratégies et des méthodes très simples à mettre en place pour aider une transition en douceur vers la maternité, en particulier en ce qui concerne les changements émotionnels qui se produisent assez souvent.


Changements émotionnels généraux
Une maman peut être sujette à de nombreuses pensées et émotions après la naissance. Elle peut ressentir du stress ou être débordée à cause de son nouveau rôle. Elle peut être en proie au doute quant à savoir si elle est à la hauteur, douter de sa capacité à être une bonne mère ou elle peut avoir des attentes irréalistes : s’imaginer comment doit être la mère parfaite et son parfait bébé. A tout ceci peuvent se mêler le sentiment d’être perdue, dépassée, comme par exemple perdre son identité (ne plus être celle qu’elle était avant le bébé), son self-control et sa liberté. L’ajustement à cette nouvelle vie peut avoir un impact sur le mode de vie et sur les priorités. Ceci peut se traduire par le fait d’avoir moins de temps libre, de consacrer moins de temps à son conjoint, de devoir passer plus de temps à la maison, etc. Une femme peut accumuler en plus du stress lié à cette nouvelle vie du stress dû à ses ambitions professionnelles ou à la pression régnant sur son lieu de travail.

Baby Blues
Selon certaines études jusqu’à 80% des mamans sont touchées par le phénomène connu sous le nom de « baby blues ». Le baby blues apparait généralement dans les premiers jours qui suivent l’accouchement et sa durée varie de quelques heures à une ou deux semaines. La cause principale est le dérèglement hormonal qui survient après l’accouchement. Les symptômes inclus des changements d’humeurs rapides (passage en quelques secondes d’un sentiment intense de joie à celui tout aussi intense de tristesse), des pleurs sans motifs, de l’impatience, de l’irritabilité, de l’anxiété, de l’agitation, de l’apathie, sentiments de tristesse et de solitude. Les symptômes généralement subsistent jusqu’à ce que le taux d’hormones se stabilise et redevienne normal.

Dépression post-partum
La dépression post-partum touche entre 10 et 20% des mamans, ce phénomène a des effets plus importants que ceux cités précédemment. L’apparition de ces symptômes varie de quelques jours à plusieurs mois après l’accouchement, cet état peut durer un an. Les symptômes sont identiques à ceux décrits pour le « baby blues » mais beaucoup plus intenses et plus longs. Les symptômes comprennent entre autres changement d’humeur, crises de larmes, sentiments de désespoir et d'impuissance, une perte importante de tout plaisir dans tout ou dans la plus grande partie des activités quotidiennes, des troubles de l’appétit et du poids (généralement une diminution des deux mais l’inverse n’est pas impossible), troubles du sommeil (généralement insomnie), fatigue extrême et perte d’énergie, sentiment d’être inutile ou de culpabilité, problèmes de concentration et de prise de décision, la maman peut se sentir inquiète pour son bébé ou alors ne ressentir aucun intérêt pour lui, elle peut aussi avoir une peur obsessionnelle de se faire mal ou de lui faire mal, il se peut même qu’elle soit envahie par des envies suicidaires ou de mort.
 

Psychose post-partum
Les psychoses postnatales ou psychoses puerpérales sont des termes qui désignent des maladies mentales se caractérisant par l'apparition soudaine de symptômes délirants chez les femmes juste après l'accouchement. Généralement, la personne atteinte de ce genre de psychose devient irritable, connaît d'importantes sautes d'humeur et peut éventuellement avoir besoin d'une hospitalisation en psychiatrie. Dans de nombreux cas, la patiente dissimule ces symptômes par peur des préjugés. Parmi toutes les formes de cette affection, on en retrouve au moins une douzaine qui ont une origine organique et qui sont connues sous le nom de psychoses organiques pré-partum et post-partum. La forme non-organique, qui est relativement commune, répandue en Europe, Amérique du Nord et à travers le monde, est parfois appelée trouble bipolaire puerpéral à cause de son lien étroit avec le trouble maniaco-dépressif, même si certaines mères présentent des symptômes atypiques qui peuvent s'apparenter à des bouffées délirantes aigües.

S'adapter aux changements émotionnels
Pour qu’une femme puisse faire face aux changements émotionnels, il est important qu'elle bénéficie d’un repos suffisant, d’une bonne alimentation et qu’elle fasse de l'exercice. Ces trois paramètres vont non seulement aider son corps à se remettre de l’accouchement mais aussi l’aider à se sentir bien physiquement et émotionnellement. Un bon entourage la soutenant est également essentiel afin que la nouvelle maman évite de se sentir isolée, qu’elle puisse obtenir de l'aide au besoin et qu’elle ait quelqu'un à qui parler de ses sentiments. Une maman doit pouvoir se consacrer du temps, seule sans son bébé, lorsque c’est possible. Elle peut par exemple rendre visite à une amie, faire un peu de marche ou passer du temps avec son époux en tête à tête. Il est nécessaire d’atteindre une vie équilibrée.
Une femme doit avoir des objectifs réalistes concernant son nouveau rôle de maman. Il ne lui est pas demandé d’être parfaite et inévitablement il y aura des choses qui arriveront sans prévenir. Il ne lui sera également pas possible d'accomplir toutes les tâches, elle doit accepter que certaines choses soient laissées de côté. Finalement la mère et son bébé feront en sorte que simplement tout se passe pour le mieux.


Dernières réflexions
La transition vers la maternité peut être difficile. Ressentir des émotions ou des pensées négatives ne veut pas dire que la mère a échoué. Une femme peut s'attendre à récupérer en apprenant de nouvelles façons d'équilibrer sa vie avec ses nouvelles responsabilités quotidiennes. Le processus de définition d'une nouvelle identité en tant que mère peut enrichir la vie d'une manière qu'elle n'aurait jamais crue possible. Il peut être extrêmement utile de rappeler la signification donnée à la maternité dans l'Islam et les récompenses qu’elle octroie pour les nombreux sacrifices fait par la mère. Il s'agit d'un test d'Allah par lequel une femme apprend à développer l'altruisme, la patience et la reconnaissance.

Par Dr Aicha Hamdan

Articles en relation

Les plus visités

Les parents

Dispositions relatives à l’entretien des personnes à charge

L’entretien (par le mari) consiste à pourvoir aux besoins de ceux qui sont à sa charge, en nourriture, en vêtements, en logement et en tout ce qui s’ensuit. L’entretien...Plus