Des convertis de Singapour

Jeudi 5-10-2017| IslamWeb

1. Un mari et sa femme se convertissent à l’Islam

Un mari et sa femme, Miguelito Lopez et Maria Lourdes, âgés tous les deux de 37 ans, ont embrassé ensemble l’Islam à Dar al-Arqam, à Singapour le 21 novembre 1999. Ces deux Philippins qui s’étaient rencontrés alors qu’ils travaillaient à Taiwan, avaient contracté un mariage catholique en 1995 aux Philippines. Ils enregistreront bientôt leur mariage musulman à Singapour.
Ce couple aimable était impatient à l’idée de prononcer leur attestation de foi.
Pour Miguelito, ingénieur, c’est un rêve devenu réalité, car il avait ressenti le désir de devenir musulman dès le début des années 90, lorsqu’il travaillait à Djeddah, en Arabie Saoudite, et qu’il avait un colocataire philippin musulman.
« A cette époque, j’hésitais et j’avais besoin de prendre de nombreuses choses en considération : la réaction de ma famille, la stabilité de mon emploi, etc. »
Alors qu’il travaillait à Singapour, il fut encouragé à en apprendre plus sur l’Islam à l’Association par l’intermédiaire d’un jeune collègue. Il encouragea sa femme à se renseigner également au sujet de l’Islam.
Maria, conseillère administrative auprès d’une agence importante a dit : « J’étais hésitante au début, mais je savais que c’était important pour un mari et une femme de partager les mêmes croyances religieuses. »
Ayant décidé de se convertir après avoir pris connaissance de ce qu’était l’Islam, le couple attend maintenant avec impatience de célébrer prochainement un ‘mariage musulman simple’ au Registre des Mariages Musulmans.
2. Un service de cafétéria avec le sourire
A première vue, Sitti Warda Abd Allah, 29 ans, qui gère la cafétéria de l’association peut être prise pour une métisse arabo-malaise, mais cette petite dame est une Philippine mariée à un musulman singapourien.
Elle a rencontré son mari aux Philippines et l’a suivi plus tard à Singapour. Elle parle de Dar al- Arqam comme ‘d’une seconde maison’.
« Quand je suis arrivée, je n’avais ni amis ni parents à part mon mari. Quand il m’emmena à Dar al-Arqam, je me suis sentie en sécurité. Les gens ici sont très compréhensifs et amicaux, et j’avais un précepteur à qui m’adresser à chaque fois que j’avais des doutes. »
Elle a dit que malgré la charge énorme de travail de la gestion de la cafétéria et son revenu limité, elle aime son emploi.
« Avec l’aide d’Allah, exalté soit-Il, je suis devenue une musulmane. Dar al- Arqam, maintenant est comme ma seconde maison. J’aime énormément venir ici. »
3. La princesse Diyana à la division éducation
Au travail, elle est surnommée, très justement, la Princesse Diyana : « Diyana » en Arabe signifie « religieuse ». Cette jeune femme de 32 ans, qui s’est convertie depuis assez peu de temps, a embrassé l’Islam après avoir délaissé la croyance qui était la sienne depuis longtemps, l’hindouisme.
« Je fus en contact avec l’Islam à l’âge de 12 ans, quand ma sœur s’est convertie à cette religion. J’ai trouvé en l’Islam ce qui manquait dans l’hindouisme et le christianisme. Cela m’a pris de nombreuses années, jusqu’à l’âge de 30 ans, alors que j’avais délaissé les pratiques idolâtres, cessé de me rendre aux temples et de manger de la nourriture non Halal. »
Sa conversion à l’Islam en Avril 1998, a mis fin à son mariage avec un hindou qui n’a pas accepté ou suivi son changement de croyance. Ce fut le plus grand défi pour elle.
« Je n’ai pas regretté de devenir musulmane, car c’est ce que je veux, et je me sens en paix en suivant cette religion. Il n’y a rien que je désire plus que de mourir en tant que musulmane. Simplement, je regrette de ne pouvoir convaincre mon mari d’embrasser cette merveilleuse croyance. »

2018, IslamWeb