Clinton Sipes, de la violence et du racisme lIslam

Mercredi 16-8-2017| IslamWeb

C’est l’histoire extraordinaire d’un membre du Klu klux klan, violent, ivrogne et raciste, brûleur de croix, qui se transforma en ‘serviteur de la paix’. Laissons maintenant notre frère Clinton Sipes raconter lui-même son histoire :
« J’ai grandi dans une famille dysfonctionnelle, touchée par l’alcoolisme, l’abus physique et émotionnel dont mon père était coupable. Dépourvu d’un modèle paternel positif, j’avais fondamentalement développé un comportement antisocial et une tendance à la violence.
J’ai commencé à imiter ce que moi-même je subissais, ce processus d’imitation a commencé de manière inconsciente ; il a influencé mes rapports avec mon frère aîné, mes camarades de classe, mes professeurs et également avec les animaux.
Rien n’échappait à l’épanchement sadique de la colère et de la rage qui étaient en moi.
A l’âge de 13 ans, je me suis mis à fréquenter un groupe d’enfants du même genre que moi,  mais parce qu’ils n’étaient pas aussi déterminés que je l’étais, je me suis vite ennuyé avec eux et j’ai commencé à fréquenter les jeunes adultes qui ont bien accueilli ma volonté de participer, sans aucune réserve, à tout ce qui était crime, drogues, violence, et  racisme. C’est alors que commença l’époque de la maison de redressement, et cet environnement m’a également modelé, a peaufiné ma tendance au crime, et en a fait un talent que j’exerçais à plein temps. La violence et le racisme qui étaient en moi furent aiguisés à la perfection… un environnement négatif qui nourrissait ma rage croissante et ma haine de l’autorité, des noirs, des juifs et des asiatiques. Après trois ans de cela (période de réforme), je fus libéré. J’étais une grenade ambulante.
En quête d’un point de mire sur lequel déverser cette rage, je suis devenu membre d’un groupe de milice paramilitaire raciste composée de jeunes adultes. J’ai participé à des agressions régulières contre des individus et je me suis engagé dans différentes activités criminelles. A l’âge de 16 ans, je me suis retrouvé en prison au ‘California Youth Authority’ pour purger une peine de six ans et demi pour vol, agression et détention d’armes. Immédiatement, je me suis senti en accord avec les gangs de ‘la suprématie blanche’ et j’ai nourri ma rage et ma colère pour les transformer en une pure ‘haine’ de tous ceux qui n’étaient pas d’origine anglo-saxonne !
Je suis entré en contact avec le KKK et à ma libération conditionnelle, j’étais d’ores et déjà détenteur de plein droit d’une « carte de fomenteur de haine ». Pendant les trois à quatre années suivantes, je me suis lourdement impliqué dans les activités suivantes : brûler des croix, faire des apparitions dans les médias, des raids nocturnes pour agresser physiquement les gens, porter atteinte aux biens, etc. Ma libération conditionnelle fut annulée pour possession d’armes et des soupçons de vols.
La quête de la paix, en tant que jeune adulte :
Après cette dernière violation des conditions de ma liberté conditionnelle à l’âge de 20 ans, ma quête de la paix commença. J’avais en moi tant de haine et de rage pendant de nombreuses années, que cela commençait à me consumer de l’intérieur. Je m’en prenais de manière haineuse au personnel pénitentiaire. J’avais couvert les murs de ma cellule de littérature haineuse, de graffiti, des dessins et des  tatouages couvraient la partie supérieure de mon corps. Je n’étais pas en train d’exploser mais d’imploser.
L’esprit brouillé par la rage et la colère, je me suis retrouvé nu, dans une cellule d’isolement, sans même un matelas. J’étais seul, avec un verre en polystyrène. J’ai commencé à ressasser mon passé et les choses néfastes qui m’avaient conduit à un tel niveau de décadence.
Alors que j’étais en prison, ma fille est née. J’ai commencé à évaluer mon futur. J’ai commencé à penser aux nombreuses victimes dont j’avais changé le cours de la vie. Je me voyais en prison pour le restant de mes jours si mon futur ressemblait à mon passé.  Je me suis dit : « Clint, tu dois choisir entre le mal présent, et un bien futur. » Il était clair pour moi qu’il n’y avait pas d’avenir (en matière de longévité) si je poursuivais dans la voie du mal. Ma famille, ma mère, ma petite amie, mes frères avaient peur de moi. Je m’étais éloigné d’eux. J’ai commencé à rechercher une pureté pour purger le cancer de haine que j’avais en moi. Je voulais être aimé et aimer dans le sens pur du terme. Je ne voulais tout simplement plus jamais ‘haïr’.
J’ai déménagé au Montana et j’ai été arrêté pour cambriolage. Je suis resté deux ans et demi en prison, sur les cinq ans dont j’avais écopé, et j’ai obtenu une liberté conditionnelle qui s’est achevée sans encombre.
Je me suis impliqué dans des associations de défense des droits de l’homme et j’ai lancé ma propre association que j’ai nommée C.H.E.R.E. (Children Escaping Racist Environments).  Mon but était de tendre la main aux enfants pour les aider à s’échapper de l’environnement qui m’avait moi-même écrasé jadis. Je voulais apporter de l’aide dans les endroits où, autrefois, c’était moi qui représentais le problème. Mais j’étais encore impliqué dans des affaires criminelles. Je fus arrêté pour possession d’explosifs par le gouvernement fédéral et condamné à 35 mois de réclusion dans une prison fédérale.
La quête de la vérité :
Cela a commencé à mon arrivée à la prison fédérale. Un Afro-Américain m’a proposé de m’aider en ce qui concernait mes besoins cosmétiques. Il m’a dit qu’il était musulman et que les Musulmans avaient le devoir d’aider ceux qui étaient dans le besoin. Cela a piqué ma curiosité et m’a incité à  en savoir plus sur cette chose islamique. Cependant, j’avais l’impression que c’était une religion uniquement pour les noirs américains. Je me disais, impossible que je devienne musulman, je suis blanc !
J’ai tout de même demandé à ce frère de me donner des ouvrages sur l’Islam. J’ai alors compris l’universalité de cette religion, comment l’Islam transcende les couleurs, les ethnies et les races. Cela me paraissait pur et ancré dans la réalité, et cela a commencé à m’attirer. Ce frère m’invita à la prière du vendredi, on me donna un Coran, et alors que je lisais la traduction, j’ai senti la pureté et la vérité du Coran. Il ne contenait ni supercheries, ni croyances surnaturelles étranges, ni mysticisme, uniquement la Vérité simple, compréhensible et claire. Quand j’ai entendu l’Athân (appel à la prière) j’ai ressenti un sentiment de proximité avec Allah, exalté soit-Il, sentiment qui a pénétré mon cœur et mon âme.
Après quelques recherches et études du Coran, j’ai découvert qu’il était totalement infaillible, et qu’il ne comportait aucune contradiction. Il existe des religions dont la base est la croyance en certaines sciences, des divinités multiples, celle de trois dieux en un seul. J’étais un homme de raison et aucune d’entre elles n’avait de sens logique pour moi.
Et voilà que l’Islam, basé sur la croyance en un Seul Dieu, qui a tout créé à partir du néant, et le fait qu’aucune lettre de ce Livre que je lisais (le Coran) n’avait été altérée depuis plus de 1400 ans, était un miracle en soi. Ainsi, je fus emballé par l’Unicité de Dieu et par l’unité de l’Islam.
Le christianisme a subi et subit encore des changements au niveau de la Bible et de ses doctrines, et ne peut pas prétendre que la Bible, telle qu’elle est lue et enseignée aujourd’hui, est l’Evangile originel. Il n’existe qu’un Seul Dieu et une seule religion, et la religion est la soumission au Dieu Unique. Telle est la signification de l’Islam.
La métamorphose de Clinton Sipes en Abdu al-Salam (est serviteur de Celui Qui est sans défaut) (NDT : le sens du nom d’Allah « As-Salâm » est « Celui qui est sans défaut » et non pas « la Paix ») :
Comme vous avez lu, la vie de Clinton Sipes était une vie de haine, de crime et de violence, tout ce qui conduit à la destruction totale d’un être humain.
Après des années de mensonges, de semi-vérités, suivant les autres sur le chemin, et par la suite, au sein d’un lieu (la prison) où plus d’un million de personnes ont été rejetées,  le même environnement qui, autrefois, avait aiguisé ma colère et ma haine à la perfection, était maintenant le lieu où l’Islam m’avait accueilli et m’avait changé en un ‘serviteur de Celui Qui est sans défaut). L’Islam a rempli le vide spirituel qui était en moi en m’enseignant d’où je venais et où j’allais, m’a fait goûter à une paix, une sérénité que ces mots ne peuvent pas convenablement décrire. Mon objectif est clair, mon chemin est droit.
L’Islam, par le biais de sa vérité, m’a enseigné la modestie et l’adoration authentique d’Allah, exalté soit-Il. J’ai appris qu’Allah, exalté soit-Il, nous a créés et que vers Lui nous retournons. Allah, exalté soit-Il, a tout créé, ce qui est mobile et ce qui est inerte, le microscopique et le macroscopique, le fini et l’infini. Rien ne se crée tout seul, mais il est créé par Allah, exalté soit-Il.
Au Jour Dernier, peu importera de savoir si j’étais noir ou blanc, riche ou pauvre, puissant ou faible, et il en sera de même pour toute l’humanité. Ce qui importera plutôt, ce seront les actions, bonnes ou mauvaises, à propos desquelles l’individu sera tenu personnellement responsable et sera puni ou rétribué en conséquence. Personne ne peut mourir ni être puni pour mes péchés, ou être rétribué pour le bien que je peux faire sauf moi. Je suis responsable, je dois rendre des comptes quand on me le demande. Je suis devenu conscient de cette vérité et j’ai ouvertement déclaré : ‘Nul n’est digne d’être adoré en dehors d’Allah et Son dernier Messager est le prophète Mohammad (Salla Allahou Alaihi wa Sallam). Par conséquent, d’un point de vue de mon essence, ma vie est revenue à ses débuts où la vérité et la pureté commencent, al-Hamdulillah !
En conclusion, la métamorphose est maintenant achevée. J’ai trouvé la Vérité en Allah, exalté soit-Il (Toutes les louanges Lui sont dues, Créateur de l’humanité, des anges et des djinns, de tout ce qui existe dans les cieux et sur la terre. Allah, exalté soit-Il, a 99 noms ou attributs (NDT : entre autres), dont l’un est al-Salâm (TSNA)  (Celui qui est sans défaut).
Le Créateur, Celui qui est à l’origine de l’existence même de la paix. Il n’existe de paix que la Paix d’Allah, exalté soit-Il. J’ai trouvé cette Paix, je suis maintenant Abdu al-Salam (l’esclave et le serviteur de Celui Qui est sans défaut)… Allah, exalté soit-Il, le Plus Haut, à Qui toutes les louanges sont dues. »

2018, IslamWeb