La conversion à l’Islam du Suédois Michaël Balikhiö I

Dimanche 7-12-2014| IslamWeb

 

En Occident, le phénomène des convertis est devenu important, c’est ainsi que le nombre de ceux qui parmi les Occidentaux choisissent de se convertirent est proprement stupéfiant, et cela ne concerne pas une catégorie plus qu’une autre, car on trouve des convertis des deux sexes, de divers niveaux éducatifs ou socioprofessionnels. Ainsi, à titre d’exemple, le philosophe suédois Hugan Larson a annoncé dernièrement qu’il avait embrassé l’Islam, il fit ce choix après avoir effectué des études pour le moins exhaustives sur l’Islam, lesquelles études aboutirent à l’annonce de sa conversion dans la ville de Malmö située au sud de la Suède. Et parmi ces nombreux convertis européens à l’Islam, on trouve un compatriote de Larson prénommé Mickaël Balikhiö, lequel s’est choisi comme prénom musulman Ibrâhîm. Notons que ce jeune suédois ne s’est pas contenté de se convertir à l’Islam, il a en outre mené des études islamiques très approfondies et de surcroît il a ouvert une école dans la ville suédoise d’Oslo dédiée à l’enseignement de la religion aux enfants de la communauté musulmane de la ville. Nous vous proposons ici de découvrir l’interview très instructive qu’il nous a accordée, cette dernière sera divisée en deux articles :

Peux-tu nous parler de ta vie en Suède avant ta conversion à l’Islam ?

Aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours cru que Dieu existait, mais cette croyance n’avait pas vraiment d’influence sur ma vie et ne l’orientait pas, en fait il y avait un fossé immense entre cette foi et la vie que je menais. Ma vie avant l’Islam n’était qu’une suite de problèmes, de difficultés et de ruptures. Ainsi, ma mère est décédée lorsque j’avais quatorze ans, puis mon père est parti pour s’installer dans une autre région du pays, c’est donc mon grand frère qui s’est chargé de moi, mais il était très dur avec moi, tout ça a fait que je me suis réfugié dans la consommation d’alcool et de drogue – et notamment de hachich. Je loue et remercie Allah de m’avoir fait découvrir l’Islam qui m’a apporté la tranquillité, la certitude et la paix et qui m’a fait passer de l’égarement et de la perdition à la lumière, la stabilité et l’adoration. Ma découverte de l’Islam m’a conduit à comprendre à quel point l’ignorance est néfaste pour l’homme et à quel point la bonne guidée préserve la nature originelle (fitra) de l’homme.

Comment as-tu découvert l’Islam ?

Lorsque j’avais l’âge de dix-sept ans, j’ai fait la connaissance d’une famille érythréenne vivant en Suède, et quand je la visitais, nous discutions des religions, de l’Islam, et notamment des particularités présentes dans celui-ci, ou encore de tout autre sujet ayant un lien avec la religion. Cependant, ces discussions ne m’amenèrent pas à embrasser l’Islam, je les considérais comme de simples débats, d’autant qu’à l’époque des milliers de musulmans s’étaient installés en en Suède et c’était donc un véritable phénomène de société. Je reconnais que j’ai rapidement pris goût à ces débats animés, ce qui m’a amené vers l’âge de vingt ans à emprunter un exemplaire du Noble Coran en langue anglaise que j’ai commencé à lire avec une grande attention ; à ce stade, ce qui m’importait était de pouvoir faire la comparaison entre les Evangiles que j’avais déjà lus auparavant et le Coran que je venais de découvrir. Notez qu’une parole des membres de la famille érythréenne m’interpella alors beaucoup, en effet, ces derniers me dirent que le Coran était sacré pour les musulmans et que pour pouvoir le toucher il fallait être ablutionné, ils me suggérèrent donc de faire les ablutions avant de lire le Coran, et c’est ainsi qu’après qu’ils m’eurent montré comment faire, je me mis spontanément à faire les ablutions. Je mis donc dans un sac le Noble Coran traduit en anglais par ‘Abdallah Yûsuf ainsi que des feuilles des papiers sur lesquelles ils m’avaient écrit comment faire les ablutions ; puis je rentrai chez moi où je me dirigeai directement vers la salle de bain afin de faire les ablutions à la manière indiquée sur les feuilles, et lorsque j’achevai ces dernières, je ressentis comme une lumière dans mon cœur ainsi qu’une quiétude étonnante et nouvelle pour moi ; ainsi, après avoir fais les ablutions, j’ai donc commencé à lire le Coran.
Dieu est Grand ! Durant cette lecture divers sentiments m’envahirent comme une joie intérieure et un grand soulagement, je ressentis instantanément que j’étais devenu musulman. Je continuai donc à lire le Coran encore et encore sans ne jamais ressentir aucun ennui. Et c’est ainsi qu’après trois semaines de lecture du Coran et de quelques livres, je prononçai les deux professions de foi qui disent : j’atteste qu’il n’y a de dieu qu’Allah et que Mohammed et Son prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam).
Et après m’être converti je ne me rendis pas à mosquée pour y faire ma profession de foi, car je pensais encore que les musulmans étaient comme dépeints par les médias occidentaux, c’est-à-dire portant des grandes barbes et armés de couteaux pour tuer les gens. Mais lorsque je me rendis enfin à la mosquée, j’y trouvai le soutien des musulmans qui m’aidèrent et m’intégrèrent parmi eux.

Est-ce que le fait que beaucoup de musulmans ne pratiquent pas leur religion t’a-t-il touché ?

Cela dépend plutôt de la manière de se comporter ; en fait, si le musulman en Occident ou dans le monde islamique ne prie pas, alors c’est Allah, exalté soit-Il, qui s’occupera de son cas, et probablement que l’effet de cela est différent de l’effet provoqué par les délits que commettent certains musulmans en Occident et qui influent négativement sur le développement de l’Islam en Suède ou en Europe de manière générale. Si je parle à des Suédois non musulmans de l’Islam comme étant une religion de paix et de loyauté et qu’ensuite ces derniers se font volés par des musulmans, alors cela hôte toute crédibilité à ma prédication islamique parmi les Suédois et les Occidentaux. La non-pratique de leur religion par les musulmans en Occident, et notamment tout ce qui concerne le comportement, influe énormément sur le développement de l’Islam dans ces contrées. C’est pour cette raison que lorsque des Occidentaux parlent de l’Islam, ils évoquent immédiatement les vols, les viols, les cambriolages ou les trafics de drogues dont les coupables ont malheureusement des noms à consonance musulmane. Eu égard à cette réalité, il est très ardu de prêcher l’Islam à des Occidentaux qui font un lien direct entre le comportement de certains musulmans et l’Islam, ils pensent donc que ces comportements condamnables sont inspirés par l’Islam.

Malgré tout cela, comment vois-tu l’avenir de l’Islam en Occident et dans le monde ?

L’Islam est considéré comme la religion qui se propage le plus aujourd’hui en Europe, il est donc possible de dire que cette religion a de l’avenir dans ces pays. Depuis que je me suis converti et jusqu’à aujourd’hui j’ai vu se convertir à l’Islam des milliers de personnes à travers toute l’Europe, cette religion est sans conteste celle qui progresse le plus du nord au sud de l’Europe. On peut, à titre d’exemple, évoquer le cas de la France où malgré la propagande de l’extrême-droite contre les musulmans et l’Islam, celui-ci progresse d’une manière stupéfiante, et c’est le cas ailleurs. Comme cela est dit dans un noble hadith prophétique dont le sens est que l’Islam se répandra de nouveau partout à travers le monde. Tous les indicateurs montrent que l’Islam va devenir en termes démographiques la première religion mondiale.

Quelle fut la réaction de tes proches ainsi que celle de la société suédoise quand tu t’es converti ?

Au début ce fut difficile, j’ai connu des épreuves extrêmement dures après ma conversion. Ainsi, ma famille m’a renié, j’ai dû quitter la maison avec seulement quelques affaires, je me suis alors retrouvé à dormir dans les mosquées ou chez certains frères qui m’ont accueilli, louange à Allah. Les personnes qui m’étaient les plus proches m’ont tourné le dos et ont coupé tout lien avec moi, c’est ce qui m’a vraiment le plus attristé et affligé. Durant cette période difficile je lisais assidûment le Coran et je me répétais sans cesse la sourate al-Kâfirûn (les Infidèles) et je m’arrêtais sur le verset : « A vous votre religion, et à moi ma religion » (Coran 109/6).
Mais je me suis accroché à mon Islam, je me répétais sans cesse « vous suivez un chemin et moi je suis un autre chemin », ma détermination à rester musulman coûte que coûte me fit entrer en conflit avec les agences pour l’emploi et d’intérim ainsi qu’avec toute la société suédoise.

A ce propos, comment vois-tu l’interdiction du port du voile à l’école en France ?

Avant tout je demande à Allah qu’Il aide nos sœurs là-bas ; l’Etat français a contrevenu par cette décision aux préceptes les plus élémentaires de la démocratie ainsi qu’aux règles les plus évidentes des droits de l’homme dont est si fier l’Occident. J’encourage les sœurs de France à lutter pour leurs droits, le port du voile est un droit garanti par les constitutions occidentales, ou bien la démocratie européenne n’a aucun sens sinon celui de permettre aux gens de donner libre cours à leurs passions animales.

Que penses-tu des caricatures qu’on voit ici et là dans des journaux européens et qui se moquent du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) ?

Cela est un manque de respect et une insulte à tous les musulmans, nous devons nous poser la question : pourquoi ces journaux font cela ? Et pourquoi ces derniers reçoivent le soutien d’une majorité d’occidentaux qui au fond ne comprennent pas l’Islam ? Face à cela il faut que des musulmans volontaires montrent aux Occidentaux que l’Islam est une grande civilisation. Pour moi la vie du Prophète comporte des dizaines de leçons et sagesses que nous pouvons appliquer aujourd’hui ; par exemple, quand le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) reçut des pierres alors qu’il priait ou bien quand des personnes déposèrent devant chez lui des ordures, il (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) opposa le meilleur des comportements, ce qui amena ses ennemis a finalement reconnaître la grandeur de l’Islam.

(A suivre).

© 2018, IslamWeb