Les aspirations dans la Sunna

Mercredi 22-1-2014| IslamWeb

Il est nécessaire d’avoir une dose modérée d'aspirations pour assurer la tranquillité de l’esprit, avoir de la longanimité et être mieux disposé à faire de la bonne méditation. L'imam Boukhari a placé dans son Sahîh un chapitre qu’il a intitulé « Le livre des aspirations ». Il s’agit de l'un des sujets rarement abordés par les oulémas. Sous ce titre il a mentionné des hadiths comme celui dans lequel le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) souhaita tomber en martyr pour la cause d’Allah : « J'aurais voulu être tué pour la cause d’Allah et puis qu’on me rende à la vie et être tué une nouvelle fois ». Il a également fait part de l’interdiction de souhaiter la mort et du fait que le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) - après avoir fait son ihrâm pour le Hadj avec l’intention de faire un Hadj du type Ifrâd - a dit : « Si c’était à refaire je n’aurais pas amené des offrandes et j’aurais transformé mon Hadj en ‘Umra (Hadj du type Tamattu’) ». Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a donc souhaité n’avoir pas agi de la sorte.
Il a également mentionné dans ce chapitre un certain nombre de hadiths où il y a une sorte de souhait, signe que lorsque les souhaits sont pour le bien ou lorsque la personne souhaite avoir une bonne chose qu’elle a ratée alors cela est louable. Il a aussi cité dans ce chapitre le hadith : « L'envie n’est permise que dans deux cas » en rapportant l’intégralité du hadith qui se présente en ces termes : « L'envie n’est permise que dans deux cas : un homme à qui Allah a donné le Coran et qui le récite jour et nuit dans ses prières et un homme à qui Allah a accordé une grande fortune qu’il dépense de jour comme de nuit dans le Sentier d’Allah ». C’est ce genre d’actes que l’on doit souhaiter imiter.

Mention d’une partie de ce qu’on a dit dans la Sunna concernant les aspirations

1- Il a été cité de bonnes sources dans les deux Sahîhs d'après Abû Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui) que le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit que : « Personne n’entrera au Paradis par son propre mérite y compris moi-même à moins qu’Allah ne me fasse entourer de Sa bonté et de Sa miséricorde, alors efforcez-vous de vous approcher le plus de ce qu’on vous a ordonné de faire et ne faites que les œuvres que vous pouvez faire de façon continuelle et qu’aucun d’entre vous ne souhaite la mort, car il est soit de ceux qui font le bien et donc il pourrait encore faire mieux, soit il est de ceux qui font le mal et donc peut-être se repentira-t-il ».
2- Dans le Musnad d’après Djâbir (qu'Allah soit satisfait de lui) le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Si le fils d’Adam avait toute une vallée de palmiers dattiers, il aurait souhaité avoir autant et autant jusqu’à souhaiter plusieurs vallées. A vrai dire, seule la poussière peut remplir le ventre du fils d'Adam ». Al-Albânî a qualifié ce hadith d’authentique dans Sahîh al djâmi’.
3- Al-Hâkim rapporte d’après Abû Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui) que le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Il y a fort à parier que l’homme viendra à souhaiter tomber du lustre plutôt que d’avoir quoi que ce soit sous sa responsabilité des affaires publiques ». Al-Albânî a qualifié ce hadith de hasan dans Sahîh al djâmi’.
4- On rapporte dans les deux Sahîhs d’après Anas (qu'Allah soit satisfait de lui) que le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Personne, à part le martyr, ne souhaitera après son admission au Paradis revenir dans ce bas monde et posséder tout ce qu'il y a sur cette terre. Seul le martyr souhaitera y retourner pour y être tué dix fois en raison de l’auguste réception (qui lui aura été réservée au Paradis) ».
5- Dans le Sahîh de Boukhari d'après Abû Hurayra (qu'Allah soit satisfait de lui), le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Que personne d’entre vous ne souhaite la mort, il est soit de ceux qui font le bien et donc il pourrait encore faire mieux, soit il est de ceux qui font le mal et donc peut-être il se repentira ».
6- Voyez qu’elles grandes aspirations ! Ô Seigneur nous t’implorons de nous donner de Tes biens illimités. L’imam Mouslim a rapporté dans son Sahîh d'après Abû Sa’îd al-Qudrî (qu'Allah soit satisfait de lui) que le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Le locataire du Paradis qui occupe la place la plus inferieure est un homme qu’Allah a sauvé de l’Enfer et a dirigé vers le Paradis où il lui fit voir un arbre ombrageux. Alors l’homme dit : « Ô Seigneur, fais-moi avancer vers cet arbre pour être à son ombre ». Allah lui dit : « Voudrais-tu me demander autre chose » ? « Non », répondit-il, « par Ta gloire je ne te demanderai rien d’autre ». Allah l’y fit donc avancer et lui présenta un arbre ombrageux et fruitier. Il dit : « Ô Seigneur, fais-moi avancer vers cet arbre pour être à son ombre et manger de ses fruits ». Allah lui dit : « Voudrais-tu, au cas où j’accède à ta requête, me réclamer autre chose ? » « Non », répondit-il, « par Ta gloire, je ne te demanderai rien d’autre ». Allah l’y fit donc avancer et lui présenta un autre arbre ombrageux, fruitier et sous lequel se trouve une source d’eau douce. Il dit : « Ô Seigneur, fais-moi avancer vers cet arbre pour être à son ombre manger de ses fruits et boire de son eau ». Allah lui dit : « Voudrais-tu, au cas où j’accède à ta demande, me réclamer autre chose ?» « Non », répondit-il, « par Ta gloire ». Allah l’y fit donc avancer et s’est alors qu’il se trouva en face d’une porte du Paradis. Il dit : « Ô Seigneur, fais-moi avancer vers la porte du Paradis pour être sous son toit et pour voir ses locataires ». Allah l’y fit avancer et, en voyant le Paradis et tout ce qu’il contient il dit : « Ô Seigneur, fais-moi admettre au Paradis. On l’y fit admettre et, une fois à l’intérieur, il s’écria : « Tout cela m’appartient-il ? » Allah lui dit : « Fais des vœux ». Et alors il se mit à en faire et le Tout-Puissant vint à son secours pour lui rappeler ce qu’il devait encore demander. Lorsqu’il fut à cours d’imagination, pour réclamer davantage, Allah lui dit : « Tout cela t’appartient ainsi que dix fois autant ». Ensuite on le fit entrer au Paradis où il reçut deux épouses parmi les Houris qui lui dirent : « Louange à Allah qui t’a fait vivre pour nous et nous a fait vivre pour toi ». Il dit alors : « Personne n’a reçu autant que moi ». Quant au locataire de l’Enfer qui aura le moins de tourments, on le fera chausser des souliers qui, par leur chaleur intense, feront bouillir son cerveau » ».

J’attire l'attention sur un hadith célèbre parmi le grand public et que je n’ai pas cité à cette occasion en raison de la faiblesse de sa chaîne de transmission malgré sa grande renommée.
Il a été rapporté par Ahmed, al-Tirmidhî et d'autres du hadith de Chaddad Ibn ‘Aws. Il s’agit de : « Le sage est celui qui fait sa propre autocritique et qui œuvre en prévision de ce qui viendra après la mort alors que le fainéant est celui qui s’abandonne à ses caprices en formulant, vis-à-vis de son Seigneur, des vœux pieux ». Al-Albânî l’a qualifié de hadith faible dans Da’îf al-djâmi’.

 

2018, IslamWeb