« Je n’accepte pas qu’on Me donne des associés »

Mardi 23-4-2013| IslamWeb

D’après Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait de lui, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Allah, exalté soit-Il, a dit : Je n'accepte pas que l'on Me donne des associés. Celui qui accomplira un acte d’adoration dans lequel il m'aura donné des associés, je l'abandonnerai à son polythéisme. » (Mouslim)
Dans la version de Ibn Mâdjah : « Je le désavoue complètement, et il sera pour celui qu’il M’a associé. »
Signification du hadith :
Je me dispense de tout ce qui pourrait M’être associé, et celui qui accomplit un acte pour Moi et pour un autre que Moi, Je n’accepterai pas son acte et Je l’abandonnerai à celui qu’il M’aura associé.
La mise en garde contre l’ostentation :
Les textes coraniques et les hadiths avertissent contre le fait de chercher à satisfaire un autre qu’Allah, exalté soit-Il, par des actes d’adoration, et ils considèrent cela comme un péché capital, voire même comme du polythéisme, car cela vient en contradiction avec la sincérité exclusive qui exige que tout acte accompli par le musulman soit pour satisfaire Allah, exalté soit-Il, Seul, sans Lui accorder d’associés. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Pourtant, que leur a-t-on ordonné, si ce n'est de se vouer exclusivement au culte d’Allah » (Coran 98/5).
En fait, celui qui fait montre d’ostentation a fait des actes cultuels un moyen pour atteindre des objectifs vils, et il a utilisé l’adoration dans des buts pour lesquels elle n’a pas été prescrite à l’origine. Ceci constitue une manipulation de la Charia, un dédain du rang de la Divinité et revient à ne pas attribuer à chaque chose sa vraie place. Allah, exalté soit-Il, menace les individus qui font montre d’ostentation dans leurs prières, de malheur et de ruine (sens des versets) :
« Malheur à ceux qui, en faisant leur salât, l'exécutent sans conviction ou s'en laissent distraire, ne l'accomplissant que par pure ostentation, et qui, en outre, ne prêtent aucune aide à leur prochain ! » (Coran 107/4-7)
Allah, exalté soit-Il, montre que celui qui recherche, par ses actes, la vie d’ici-bas, se verra accorder sa rétribution dans l’immédiat, par la volonté d’Allah, exalté soit-Il, et son sort dans l’au-delà sera un châtiment sévère -qu’Allah, exalté soit-Il, nous en préserve- et ce, à cause du manque de sincérité et d'exclusivité dans son adoration d’Allah. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« À celui qui désire la vie immédiate Nous Nous empressons d'en accorder ce que Nous voulons à qui Nous voulons. Puis Nous le vouons à la Géhenne, dont il aura à subir l'ardeur, couvert d'opprobres et réprouvé. » (Coran 17/18)
De même, Allah, exalté soit-Il, a fait de l’ostentation dans les actes, l’attribut particulier des hypocrites. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « …C'est ainsi que, quand ils s'apprêtent à faire la salât, ils la font avec paresse et ostensiblement, » (Coran 4/142)
De plus, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a montré dans de nombreux hadiths les dangers que représente l’ostentation pour la croyance du serviteur d’Allah, et le destin des hypocrites, parmi lesquels, le hadith cité plus haut, et le hadith des trois individus qui seront les premiers à être jugés le Jour du Jugement Dernier et qui sont un martyr, un savant et un homme qui dépense (par ostentation), et d’autres hadiths encore.
La définition de l’ostentation :
Les savants ont donné différentes définitions de l’ostentation, et elles tournent toutes autour d’un seul point : « le fait que le serviteur d’Allah accomplisse un acte cultuel - au moyen duquel on se rapproche d’Allah habituellement - ne désirant pas la satisfaction d’Allah, exalté soit-Il, Seul, mais cherchant à obtenir un intérêt mondain quel qu’il soit. » Ils ont également établi une différence entre l’ostentation et la recherche d’une bonne réputation, en disant que la première consiste à agir pour être remarqué, alors que la recherche d’une bonne réputation, c’est agir pour être célèbre et pour que les gens parlent de vous. Ainsi, l’ostentation est liée à la vue alors que la recherche de la réputation est liée à l’ouïe. Le hadith mentionne : « Celui qui prononce une parole ou accomplit un acte par ostentation, Allah dévoilera ses véritables intentions. » (Boukhari)
Les raisons de l’ostentation :
Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a déclaré qu’il craignait pour sa communauté le polythéisme caché plus qu’il ne craignait pour elle le faux messie. Et il a dit : « Voulez-vous que je vous informe de ce que je crains pour vous plus que le Faux Messie ? » Ils répondirent : « Bien sûr, ô Messager d’Allah ! » Il dit : « Le polythéisme caché : la personne se lève pour prier et embellit sa prière, car elle sait qu’une personne l’observe.» (Ibn Madjah : Sahîh). Ce (comportement) a des raisons bien ancrées dans la nature humaine, car l’âme est encline à aimer les éloges et à être appréciée, et à éviter le blâme et la réprimande.
C’est pourquoi, certains ont limité les raisons de l’ostentation à trois: « l’amour de l’éloge, la peur du blâme et la convoitise de ce que l’autre possède. »
Les manifestations de l’ostentation :
Les formes et les manifestations de l’ostentation sont diverses et sont fonction des œuvres et actes cultuels. Il peut par exemple, faire preuve d’ostentation par certains actes qui indiquent l’exagération et l’effort qu’il fournit dans l’adoration ; il peut par exemple, mettre en évidence sa maigreur, ses lèvres jaunies et sèches pour faire comprendre qu’il jeûne, il peut également prendre soin d’avoir une trace de prosternation sur le front ; de même, l’ostentation peut se produire au moyen de la langue, lorsque quelqu’un montre ainsi délibérément un savoir, quelque chose qu’il a mémorisé et sa capacité de faire appel à des arguments lors des discussions et différends pour que les gens se rendent compte de l’étendue de son savoir et de sa force d’argumentation, ou encore qu’il évoque Allah, exalté soit-Il, à haute voix, pour que les gens sachent qu’il évoque Allah. Il peut également faire preuve d’ostentation dans ses actes en allongeant, par exemple, sa prière, ses prosternations et inclinaisons, ainsi de suite… Comme l’a dit l’Imam Ibn Al-Qayyim, qu'Allah lui fasse miséricorde : « Quant au polythéisme en matière de volonté et d’intentions, il s’avère être une mer sans rivages et peu nombreux sont ceux qui en sont épargnés. »
Avis religieux relatif à l’action dont le but est l’ostentation :
Comme l’a mentionné l’Imam Ibn Radjab Al-Hanbaly, l’œuvre accomplie pour satisfaire un autre qu’Allah, exalté soit-Il, est de différentes sortes. L’ostentation peut toucher la base même de l’adoration, tel que le fait d’accomplir un acte d’adoration pour chercher la satisfaction d’un autre qu’Allah, exalté soit-Il, ou pour chercher à satisfaire une créature tout en cherchant à satisfaire Allah, exalté soit-Il. Et il ne fait aucun doute, que dans ce cas-là, l’œuvre est invalide et que celui qui l’accomplit est un pécheur qui risque le châtiment d’Allah, exalté soit-Il; c’est à son sujet que des hadiths authentiques et sans équivoques ont été rapportés, parmi lesquels le hadith en question.
De même, l’ostentation peut se manifester, non pas dans la base même de l’adoration, mais dans la manière de l’accomplir, comme celui qui cherche à obtenir, par sa prière, la satisfaction d’Allah, exalté soit-Il, et qu’il y procède avec l’intention, par exemple, de réduire le nombre de versets récités, ou le temps de prosternation ou d’inclinaison, mais qu’en cours de prière, il veuille les allonger quand il se rend compte qu’il est observé. A l’origine, cette œuvre visait la recherche de la satisfaction d’Allah, exalté soit-Il, mais elle a par la suite été entachée d’ostentation ; si cela reste à l’état de suggestions qu’il rejette, il n’en sera pas blâmé, mais s’il met en pratique ces suggestions, les avis des prédécesseurs alors divergent, son action est-elle invalide ou au contraire elle est valide et il est rétribué selon son intention première ? l’imam Ahmad et d’autres ont penché vers l’avis que son œuvre n’est pas invalidée et qu’il sera récompensé selon son intention initiale, mais que la rétribution relative à toute son œuvre ne sera pas totale, qu’elle sera réduite en raison de son ostentation ; et il se peut même qu’il coure un grand danger .
Cependant, si son œuvre est sincère, dans le but de satisfaire Allah, exalté soit-Il, Seul, qu’elle est louée par les croyants, et qu’il en est heureux et s’en réjouit, il n’en sera pas lésé. Dans ce sens, Abou Dhar a rapporté le hadith du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) qui fut interrogé au sujet de celui qui accomplit une œuvre et reçoit les éloges des gens la concernant et qui a dit : «Telle est l’annonce anticipée d’une bonne nouvelle pour le croyant. » (Mouslim)
Le délaissement d’un acte par peur de l’ostentation :
Certains peuvent essayer de traiter le problème en en causant un autre semblable ou plus grave. Et ainsi, si un individu s’apprête à accomplir une bonne action et qu’une pensée ostentatoire lui passe par l’esprit, il peut délaisser cette action par peur de l’ostentation, ce qui est en fait une fuite d’un mal vers un mal semblable ou bien pire. Les savants ont attiré l’attention sur ce danger et ont mis en garde contre lui. Al-Fodayl Ibn ‘iyaad a dit : « Délaisser une œuvre à cause des gens est de l’ostentation, accomplir des œuvres pour les gens est du polythéisme, et la sincérité est qu’Allah te préserve des deux. »
Le traitement de l’ostentation :
Il n’est pas difficile de traiter l’ostentation. Certes, il est vrai que le traitement exige de l’effort et une lutte contre son âme, comme cela est mentionné dans les paroles de nos honorables prédécesseurs. L’Imam Ahmad, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « La question de l’intention est grave. » Et Sofyân al-Thawry, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Je n’ai jamais traité une chose plus difficile pour moi que mon intention, car elle change sans cesse. » Et Abou Yûssuf Ibn al-Hossayn, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « La sincérité exclusive vis-à-vis d’Allah est ce qu’il y a de plus précieux dans ce monde, et combien je lutte pour effacer toute ostentation de mon cœur. »
Cependant, le fait de remédier à l’ostentation n’est pas une chose impossible, car il est impossible qu’Allah, exalté soit-Il, nous impose plus que ce qui est en notre pouvoir. Ainsi, parmi les choses qui aident le serviteur d’Allah à remédier à l’ostentation figure le fait de toujours implorer le secours d’Allah, exalté soit-Il, et Sa protection. Dans le hadith rapporté par Abou Moussâ al-Ach’ary, qu'Allah soit satisfait de lui :
«Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) s’est un jour adressé à nous et a dit : ‘Ô gens, méfiez-vous de cet acte de polythéisme, car il est plus imperceptible que les traces d’une fourmi qui se déplace sur un roc.’ Quelqu’un lui demanda alors : ‘Comment peut-on s’en prémunir alors qu’il est plus imperceptible qu’une fourmi qui se déplace, Ô Messager d’Allah ?’ Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) répondit :
Dites : 'Ô Allah, nous cherchons refuge auprès de Toi contre le fait de T’associer quoi que ce soit en connaissance de cause et nous Te demandons pardon pour ce que nous T’associons sans le savoir.' » (Ahmad)
Le serviteur d’Allah, exalté soit-Il, peut aussi prendre conscience de l’existence de l’ostentation et de ses causes et les éliminer de son cœur ; ou encore, méditer sur les répercussions de l’ostentation ici-bas et dans l’au-delà, faire en sorte de cacher ses actes cultuels et de les garder pour soi, et avoir de bonnes œuvres accomplies en secret que nul ne connaît sauf son Seigneur et Maître, exalté soit-Il.

Source : la section arabophone d’Islamweb

© 2018, IslamWeb