Est-ce que le mois de Rajab a des vertus particulières ?

Jeudi 30-3-2017| IslamWeb

Allah, exalté soit-Il, crée ce qu’Il veut et choisit parmi Ses créatures celles qu’Il veut. Dans Sa sagesse infinie, Il a donné à certains mois plus de mérites qu'à d’autres. C’est ainsi qu’Il a choisi les mois sacrés et les a caractérisés par des vertus et des privilèges considérables.
Allah, exalté soit-Il, dit à ce sujet :


« Les mois auprès d’Allah sont au nombre de douze dans le Livre d’Allah, le jour où Il a créé les cieux et la terre ; quatre d’entre eux sont sacrés. Telle est la religion droite, alors ne soyez pas injustes envers vous-mêmes durant ces mois. » (Coran 9/36).


« Ils t'interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés. Dis : "Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès d'Allah est de faire obstacle au sentier d'Allah, d'être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d'expulser de là ses habitants. » (Coran 2/217).


« Ô les croyants ! Ne profanez ni les rites d'Allah, ni le mois sacré, ni les animaux de sacrifice, ni les guirlandes, ni ceux qui se dirigent vers la Maison sacrée cherchant de leur Seigneur grâce et agrément. » (Coran 5/2).


« Mois sacré pour mois sacré, et toutes les choses sacrées (se compensent) par la loi du talion. Alors, quiconque vous agresse, agressez-le en lui rendant la pareille. Craignez Allah et sachez qu’Allah est avec les pieux. » (Coran 2/194).

NDT : « Mois sacré pour mois sacré » est une structure calquée sur le modèle de « œil pour œil, dent pour dent ». Cela signifie : s’ils vous attaquent pendant les mois sacrés, attaquez-les de même pendant les mois sacrés.

La Sunna qui a pour rôle d’expliciter ce qui a été dit brièvement dans le Coran et de détailler ses lois et ses préceptes a bien précisé les noms des mois sacrés comme le démontre le hadith suivant :
Selon Abû Bakra, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a tenu un long sermon lors du Pèlerinage de l’Adieu dans lequel il a dit : « Le temps a fait un tour pour revenir comme le jour où Allah a créé les cieux et la terre ; une année correspond à douze mois parmi lesquels quatre sont sacrés. Trois d’entre eux se succèdent : Dhoulq’ida, Dhoul-hijja, Muharram. Le quatrième est Rajab de (la tribu) Mudhar, c’est le mois qui se trouve entre Djumâdâ et Cha’bân. »
Ce hadith prouve sans aucune ambiguïté que les quatre mois sacrés sont : Dhoulq’ida, Dhoul-hijja, Muharram et bien entendu Rajab.


Les Arabes de l'époque préislamique s’interdisaient la guerre pendant les mois sacrés de Dhoulq’ida, Dhoul-hijja, Muharram et Rajab. Ils considéraient ces mois comme un temps de trêve absolument sacré et suspendaient tous les conflits, même ceux qui étaient les plus féroces. Chacun s’évertuait à ne point causer de tort à son prochain et surtout à ne point verser son sang.

Le Coran et la Sunna ont donc confirmé le caractère sacré de ces quatre mois comme le démontrent les versets et le hadith susmentionnés ; toutefois, le mois de Rajab est particulièrement le théâtre de beaucoup d’innovations en matière de religion (bid’a-s) que nous allons essayer de passer en revue dans ce présent article :

1) Le sacrifice d’une bête : Cette pratique provient de l’époque préislamique. En effet, les gens de cette époque avaient l’habitude de sacrifier une bête au mois de Rajab qu’ils appelaient al-‘Atîra. Ce sacrifice continue à être pratiqué de nos jours malgré son abrogation catégorique dans le hadith authentique suivant :
Selon Abû Hurayra, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Il n’y a dans l’Islam ni Fara’ ni ‘Atîra. » (Rapporté par Boukhari et Mouslim).
NDT : Fara’ est le nom donné au chameau sacrifié auprès des idoles.

2) La célébration d’une fête : Certaines communautés musulmanes célèbrent une fête qu’elles prétendent religieuse, dans le mois de Rajab au cours de cette fête les gens mangent des sucreries et autres. Or, il est bien connu que les fêtes en Islam sont bien déterminées, il s’agit de deux fêtes annuelles (‘Aid al-fitr et ‘Aid al-adha) et une hebdomadaire (le vendredi). Toute manifestation religieuse en dehors de ses fêtes est une innovation pure et simple.

3) Divers actes cultuels innovés qui ont lieu au cours de Rajab :


a) La prière de Rajab connue chez certains par le nom de Salat al-Raghâ`ib : il faut savoir qu’il n’existe aucun texte qui prouve les mérites d’une telle prière. Tous les hadiths qui parlent des mérites de Salat al-Raghâ`ib qui a lieu la nuit du premier vendredi de Rajab sont montés de toute pièce et de surcroît complètement faux. Cette prière qui a vu le jour au début du quatrième siècle de l’Hégire est donc une pure innovation selon la majorité des savants.


b) Le jeûne d’un certain nombre de jours particuliers au cours de Rajab : il faut savoir que le mois de Rajab fait partie des mois sacrés, le jeûne surérogatoire au cours de ces mois est recommandé en vertu des hadiths généraux qui recommandent au fidèle de multiplier le jeûne au cours des mois sacrés, de jeûner trois jours de chaque mois et de jeûner dans l’absolu. Mais il n’existe aucune hadith authentique ayant consacré le jeûne de certains jours en particulier du mois de Rajab, que ce soit le premier jour ou un autre jour du mois. Le hadith rapporté d’après Anas indiquant que : « Il y a une rivière dans le Paradis appelée Rajab, son eau est plus blanche que le lait et plus douce que le miel, quiconque jeûne un jour de ce mois, Dieu l’abreuvera de cette rivière. » est très faible selon les spécialistes du domaine.
De même, le hadith d’Ibn `Abbâs selon lequel : « Le jeûne d’un jour de Rajab équivaut au jeûne d’un mois. Quiconque y jeûne pendant sept jours, les sept portes de l’Enfer seront fermées devant lui. Quiconque y jeûne pendant huit jours trouvera les huit portes du Paradis ouvertes devant lui. Et quiconque y jeûne pendant dix jours verra ses péchés transformés en œuvres pieuses. » est également très faible comme le précise al-Suyûtî dans Al-hâwî lil-fatâwî.


De manière générale, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a encouragé à jeûner durant tous les mois et surtout ceux parmi eux qui sont sacrés, sans toutefois offrir à Rajab un statut particulier. Certains Compagnons à l’instar d’Ibn ‘Abbâs, d’Ibn ‘Umar et d’Anas ibn Mâlik déconseillaient de jeûner pendant tout le mois de Rajab. ‘Umar ibn al-Khattâb allait même jusqu’à frapper sur les mains des gens pour les forcer à manger. Il leur disait de ne pas faire comme le Ramadan.
 

c) Verser la Zakât durant le mois de Rajab : En ce qui concerne la Zakât, au regard de la Sunna et de l’usage des première générations de cette Oumma rien ne prouve qu’il faille la verser au cours de Rajab, ce qui est certain c’est qu’il incombe à chaque musulman de la verser sur ses biens atteignant le nisâb (seuil minimum imposable) qu’il conserve pendant un an, indépendamment du mois dans lequel il se trouve.
 

d) La ‘Umra de Rajab : ‘Âicha, comme le rapporte l’Imam Boukhari dans son Sahîh, a démenti les paroles d’Ibn ‘Umar (qu'Allah l'agrée) disant que le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a fait une ‘Umra au mois de Rajab. Selon la majeure partie des oulémas, la ‘Umra n’a pas une valeur particulière au cours de ce mois.

© 2018, IslamWeb