Le Hadj accompli correctement et avec piété

Mardi 30-9-2014| IslamWeb

D’après Abou Horayrah, qu’Allah soit satisfait de lui, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « La ‘Omra efface les péchés commis dans l’intervalle la séparant d’une autre ; et le Hadj accompli avec piété n’aura d’autre récompense que le Paradis».  (Rapporté Boukhari, Mouslim et Tirmidhi). Selon la version rapportée par Tirmidhi : «Accomplir la ‘Omra permet d’expier les péchés commis dans l’intervalle la séparant d’une autre ; et le Hadj accompli avec piété n’aura d’autre récompense que le Paradis. »

Le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a également dit : «Accomplissez fréquemment le pèlerinage et la ‘Omra, car leur accomplissement fréquent élimine la pauvreté et les péchés, de la même façon que le soufflet élimine les scories du fer et de l’or. » (At-Tirmidhi, An-Nassaa’i et Ibn Maadjah)
 
La signification des Hadiths :
 
Selon les oulémas, le Hadj accompli avec piété est celui au cours duquel aucun péché n’a été commis, et après lequel le serviteur retourne chez lui dans un état meilleur qu’avant son départ, sans revenir aux désobéissances. On dit aussi que c’est le Hadj accepté. Le Hadj accompli avec piété est également le Hadj sincère, accompli exclusivement pour Allah, exalté soit-Il.
 
Selon Al-Qortobi, les différentes interprétations du « Hadj accompli avec piété » convergent et débouchent toutes sur le fait qu’il s’agit du Hadj dont les conditions de validité ont été respectées et qui a été dûment accompli par le pèlerin.
 
Dans la narration de Djaabir, rapportée par Ahmad et d’autres, le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : « Le Hadj accompli avec piété n’aura d’autre récompense que le Paradis.»      
Les gens ont demandé : « Et comment le Hadj peut-il être accompli avec piété   
 
« En donnant à manger aux pauvres et en répandant les salutations », a répondu le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) (Hadith Marfou’ rapporté par Ahmed). Ce Hadith explique donc le sens de « Hadj accompli avec piété»
 
«La ‘Omra est une expiation des péchés commis dans l’intervalle la séparant d’une autre » souligne le grand mérite de la ‘Omra et constitue une recommandation de la renouveler, puisqu'elle permet d’expier les péchés commis depuis la ‘Omra précédente.
 
Les oulémas ont utilise ce Hadith pour démontrer qu’il est fort recommandé d’accomplir la ‘Omra à plusieurs reprises, et ont affirmé que tous les moments de l’année sont propices pour cela. Partant, elle sera valable toute l’année, exception faite pour le temps consacré à l’accomplissement des rites du Hadj. Dans ce cas, le pèlerin ne peut accomplir la ‘Omra avant de parachever les rituels du Hadj.
 
Un groupe d’oulémas, dont ‘Omar, Ibn ‘Omar, Ibn Abbâs, Tâwous, ‘Atâ’, Ibn al-Mossayyab, Sa’îd ibn Jobayr, Ahmed, Dawûd et d’autres, sont allés même jusqu’à dire que la ‘Omra représente une obligation qui doit être accomplie une fois dans la vie, tout comme le Hadj, alors que Mâlik et Abou Hanîfa ont affirmé qu’elle constitue un acte d’adoration surérogatoire et qu’elle n’est pas obligatoire.
 
Les péchés visés dans l’expression « La ‘Omra efface les péchés commis dans l’intervalle la séparant d’une autre » ne sont pas les péchés majeurs. Ce contexte est analogue à celui du Hadith dans lequel le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a dit : «L’accomplissement de la prière du vendredi permet une expiation des péchés commis dans l’intervalle le séparant du vendredi précédent tant que les péchés majeurs sont évités » (Ibn Mâdjah)
 
Dans son livre Fath al-Bâri, Ibn Hadjar, qu’Allah lui fasse miséricorde, a indiqué : « Certains ont demandé en quoi la ‘Omra permettait une expiation des péchés commis dans l’intervalle la séparant d’une autre, alors que le simple évitement des péchés majeurs est susceptible d’expier les autres fautes du serviteur. En fait, l’expiation qui a lieu suite à la ‘Omra concerne les péchés commis entre deux ‘Omrah seulement, alors que le fait d’éviter les péchés majeurs permet d’expier les fautes d’une manière continuelle et tout au long de la vie du serviteur d’Allah. »
 
L’expression « car ils éliminent la pauvreté et les péchés » signifie que l’accomplissement récurrent du Hadj et de la ‘Omra amène la richesse. Si le serviteur d’Allah, dépense d’importantes sommes d’argent pour accomplir son Hadj et sa ‘Omra, Allah, exalté soit-Il, l’indemnise de ce qu’il a dépensé pour Le satisfaire. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
 
« Et toute dépense que vous faites [dans le bien], Il la remplace, et c'est Lui le Meilleur des donateurs» (Coran 34/39)
 
Concluons avec ‘Omar, qu’Allah soit satisfait de lui, qui, en voyant le convoi des pèlerins, de retour après l’accomplissement des rites, a dit : « Si les pèlerins de ce convoi connaissaient les faveurs avec lesquelles ils sont revenus, après l’absolution de leurs péchés, ils s’appuieraient dessus et négligeraient leurs obligations, mais cette ignorance vise à ce qu’ils reprennent l’accomplissement de leurs œuvres pies ». Cela prouve que le pèlerin ne doit pas se contenter des obéissances vers lesquelles Allah, exalté soit-Il, l’a guidé pendant son Hadj, et qu’il doit persévérer dans l’accomplissement des œuvres qui le rapprochent d’Allah, exalté soit-Il, jusqu’à ce qu’il Le rencontre. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Et adore ton Seigneur jusqu'à ce que te vienne la certitude (la mort) » (Coran 15/99)
 

© 2018, IslamWeb