Est-il permis à un homme d'écouter la voix d'une femme dans les médias ?

Lundi 10-9-2018 | IslamWeb

Question :

Mon épouse écoute une cassette dans la voiture le matin. Celle-ci comprend les invocations du matin et du soir psalmodiées par une femme. Est-il permis à un homme d'écouter le son de la voix d'une femme dans les médias ? Je n'ai pas trouvé en Arabie Saoudite l'enregistrement d'une conférence faite par une femme. J'aimerais que vous m’indiquiez la prescription de la Charia à ce sujet et plus précisément car Allah, exalté soit-Il a préservé l'honneur de la femme en ne mentionnant pas de nom de femme dans le Coran à l'exception de celui de Maryam (qu'Allah soit satisfait d'elle) pour une raison précise.

Réponse :

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

En principe, il est permis d'écouter le son de la voix d'une femme non Mahram tant qu'il n'y a pas de complaisance dans son langage et que cela ne conduit pas à une tentation.

'Âicha (qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit : « Abû Bakr est entré chez moi alors que deux jeunes filles Ansarites chantaient (les poésies) que les Ansârs avaient récitées lors de la bataille de Bu’âth (qui s'est déroulée entre les deux tribus al-‘Aws et al-khazradj). Elles n'étaient pas des chanteuses. Abû Bakr dit alors : “Comment, des chants diaboliques dans la maison du Messager d’Allah (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) !” Le Messager d’Allah (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) dit alors : Ô Abû Bakr ! Chaque peuple a sa fête et c’est aujourd’hui la notre.” » (Boukhari et Mouslim)

Ce qui nous intéresse dans le hadith, c'est le fait que le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) a écouté les chants des deux jeunes filles et blâma Abû Bakr pour les avoir réprimandées.

Al-Hâfizh ibn Hadjar a dit en faisant le commentaire de ce hadith : « On se base sur ce hadith pour dire qu'il est permis d'écouter les chants des deux jeunes filles même si elles ne sont pas des esclaves car le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) n'a pas blâmé Abû Bakr pour avoir écouté leurs chants mais pour les avoir réprimandées et celles-ci continuèrent à chanter... Il est connu que la permission concerne le cas où l'on est à l'abri de la tentation. »

Les hadiths indiquant la permission d'écouter la voix d'une femme non Mahram si on est à l'abri de la tentation sont nombreux. Nous attirons votre attention sur le fait que cela est permis lorsqu'on est à l'abri de la tentation et qu'il n'y a pas de complaisance dans le langage de la femme. Or, il ne fait aucun doute que nous vivons à une époque où les tentations sont nombreuses, et où le mal et les maladies liées aux désirs charnels sont répandues. Il est probable que le fait qu'un homme écoute une femme psalmodier les invocations réveille en lui des désirs enfouis. Par conséquent, les hommes ne doivent pas écouter ce genre d'enregistrements afin d’éviter la tentation et tout ce qui peut conduire à s'attacher aux femmes non Mahrams.

Pour finir, nous aimerions attirer votre attention sur le fait que votre parole « Allah, exalté soit-Il, a préservé l'honneur de la femme en ne mentionnant pas de nom de femme... » comporte une certaine exagération. Il n'est pas vrai que mentionner le nom d'une femme est une atteinte à l'honneur de celle-ci. En effet, nous avons été informés des noms des épouses du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) nous ont été donnés ainsi que ceux de ses filles et les noms des épouses de nombreux Compagnons. Il faut donc faire attention de ne pas parler d’Allah sans connaissance.

Et Allah sait mieux.

© 2018, IslamWeb