Comment doit se repentir l’auteur d’un avortement ?

Jeudi 6-9-2018 | IslamWeb

Question :

Une femme était enceinte de cinq mois et a avorté car son médecin américain lui a dit que son fils naîtrait avec des problèmes mentaux et qu’il ne vivrait pas plus de trois jours. Il lui a demandé d’avorter. Son époux était d’accord avec le médecin car il ne voulait pas voir son épouse souffrir comme elle avait souffert auparavant. En effet, cette femme avait déjà eu un enfant qui était décédé trois jours après l’accouchement. Elle ne voulait pas avorter et ne savait pas ainsi que son époux que l’avortement était interdit. De plus, étant donné qu’ils habitent en Amérique, ils n’ont pas pu recourir à un médecin musulman. Maintenant, la femme voudrait savoir comment elle peut se repentir de ce péché dont elle n’avait aucune connaissance ?

Réponse :

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

L’avortement est interdit quel que soit le stade de la grossesse même si l’embryon n’est qu’une goutte de sperme car cela revient à détruire sa progéniture. L’interdiction est encore plus grande si l’âme a été insufflée dans le fœtus car il s’agit alors de tuer injustement une âme. Par conséquent, il n’est pas permis d’avorter sauf en cas de contrainte.

Vous savez à présent que vous avez mal agi en commettant cet acte. Vous auriez dû interroger les oulémas avant de commettre un acte aussi dangereux. L’ignorance du verdict vous enlève tout péché, mais ne vous dispense pas de payer le prix du sang. Par conséquent, celui qui a provoqué l’avortement doit payer le prix du sang sauf si les parents lui pardonnent. Le prix du sang équivaut au dixième du prix du sang de la mère, c’est-à-dire cinq chameaux. Le plus prudent est de faire une expiation afin de tenir compte de la divergence et de l’avis de ceux qui rendent obligatoire l’expiation.

Si celui qui a provoqué l’avortement fait partie des héritiers, il ne reçoit rien de ce prix du sang et celui qui a causé indirectement l’avortement ne paie rien du prix du sang mais il doit cependant se repentir.

Et Allah sait mieux.

© 2018, IslamWeb